Bâtir des liens : Mobiliser les histoires autochtones pour le changement social

Les droits issus de traités et les responsabilités familiales pour guider tous les enfants d’une manière éthique naturelle

Conférencier : Dale Saddleback, Université de l’Alberta

Date : le 10 novembre 2021, de 15h00 à 16h30

Inscrivez-vous : https://uottawa-ca.zoom.us/webinar/register/WN_gIJ5KRuySJWz0l_lM27bbg

Dale Saddleback est membre de la Samson Cree Nation mais a vécu sa jeunesse à Pigeon Lake Indian Reserve #138A. Il est candidat au doctorat et se spécialise dans l’application des méthodes autochtones dans les contextes scolaires. En tant que chercheur nehiyaw sous la supervision de Dr Dwayne Donald, il aspire également à explorer les possibilités de travailler avec les kehte-ayak (aînés) dans des lieux d’enseignement supérieur. C’est avec l’aide et les conseils des kehte-ayak que des domaines d’étude spécifiques nécessitent de l’informations, tels que les méthodes et les méthodologies de recherche, la théorie et sa relation avec les manières traditionnelles des nehiyaw, entre autres.

Description : Les impacts mesurables sur le premier contact dans l’histoire ont modifié la vie traditionnelle pour toujours, en tant que telle, tout comme la façon dont les peuples autochtones pensent, agissent et sont aujourd’hui. Bref, cela signifie que les changements au fil du temps sont en lien avec la perte, commençant sans doute par le discernement. L’historicité implique que les historiens autochtones donnent une voix mutuelle et autorisent des versions réciproquement acceptées des événements passés. Le respect mutuel est illustré avec une grande considération pour les différences de langue et les connaissances sachant que la découverte de Turtle Island par les Européens indique clairement les vrais possesseurs de la connaissance de l’endroit. Les générations qui ont témoigné des comportements atroces des premiers colons refusant de tels critères de coexistence légitime et mutuellement bénéfique ont échoué. Ma recherche consiste à apprendre de ces erreurs et à me réconcilier avec Mother Earth et le Father Sky. Cela peut être accompli à travers différentes formes de penser des peuples autochtones, comme illustré par les kehteyak (Anciens cérémoniels de la vie traditionnelle). Des options seront présentées.

Chaires de recherche autochtone sur la mémoire historique et l’enseignement du passé

Conférenciers: Dr. Alan Corbiere, Dr. Brenda Macdougall et Dr. Pierrot Ross-Tremblay

Date : le 10 novembre 2021, de 19h00 à 20h30

Inscrivez-vous : https://uottawa-ca.zoom.us/webinar/register/WN_GJB8SyxrSfavslR7IviZ2A

Dr. Alan Corbiere, (Citizen M’Chigeeng First Nation), professeur au Département d’histoire, Université York et Chaire de recherche du Canada en histoire autochtone de l’Amérique du Nord

Dr. Brenda Macdougall, Chaire de recherche universitaire sur les traditions familiales et communautaires métisses et directrice, Institut de recherche et d’études autochtones, Université d’Ottawa.

Dr. Pierrot Ross-Tremblay (Innu Essipit) Professeur à l’Institut de recherche et d’études autochtones, Université d’Ottawa et Chaire de recherche du Canada sur les traditions intellectuelles autochtones et l’autodétermination

Description : Table ronde autour des trois grandes questions liées à la série de conférences : 

  1. Comment les communautés autochtones prennent-elles le contrôle de leur propre histoire ?
  2. Quelles histoires pouvons-nous présenter à nos élèves (niveaux : primaire, secondaire et postsecondaires) sans recoloniser les peuples autochtones et leurs significations ?
  3. Quelles sont les meilleures pratiques, les pièges et les possibilités de tout cela ?

Venez préparés avec des questions. Le public pourra poser des questions via le chat tout au long de la table ronde.